Skip to main content

Il n’est pas toujours évident de parler, de s’exprimer et de dire le fond de notre pensée pour plusieurs raisons (peur, colère, rancune, honte, culpabilité…)
Nous sommes alors pris dans un cercle vicieux qui vient tout le temps nourrir ce type d’émotions. Si vous souhaitez plus de légèreté, aller de l’avant, il convient d’arrêter d’alimenter cela.

Aujourd’hui j’ai envie de partager une technique par la méditation que j’ai déjà expérimentée pour pardonner à des personnes en me libérant d’émotions et de blocages internes. J’ai véritablement senti physiquement un « poids » en moins sur mes épaules durant 3 jours. C’était assez fascinant !
Cela me permet de vous dire : l’exercice est puissant.

Dans quel cas avoir recours à cette méditation ?

Lorsqu’on a besoin de dire ce qu’on pense à quelqu’un :

– qui nous intimide
– qui nous a fait du mal
– qui n’est plus là (décédé)
– qui est loin (géographiquement)

Ou :
– lorsqu’on a besoin de se parler à soi-même (à son corps, à son égo, à son âme, à ses peurs …)

Ou :
– lorsqu’on a besoin de s’excuser (auprès d’une personne qui n’est plus là, de votre corps, de vous-même…). Si la personne est toujours vivante, essayez par l’écriture. Cela sera peut-être aussi libérateur pour elle de vous lire. Si malgré tout, elle n’est pas sur le chemin du pardon (c’est son choix, vous devez le respecter) vous pouvez vous exprimer dans la salle blanche.

Ce qui est intéressant de savoir

  • Notre subconscient possède plusieurs principes dont 1 très intéressant : « Le subconscient réagit très fortement au pouvoir des images (donc des visualisations). Le subconscient ne fait pas de distinctions temporelles, il évolue dans une sorte de présent éternel. Ainsi, lorsqu’on imagine un objectif accompli, le subconscient ne fait pas la distinction entre ce qui se réalisera dans le futur et le désir déjà réalisé. »
    Autrement dit, le subconscient ne fait pas la distinction entre quelque chose qui s’est passé hier, aujourd’hui ou dans le futur. Pour lui, tout est à l’instant T.
  • Le pardon. Généralement, on comprend mal ce qu’est le pardon. Pardonner ne veut pas dire « je passe l’éponge sur ce qu’il s’est passé ».
    Pardonner c’est dire : « je n’excuse pas tes actes, mais à partir de maintenant je veux avancer, je ne veux plus être une victime. Je casse le lien qu’il y a entre toi et moi, tu reprends ton espace vital, je reprends le mien, chacun reprend sa responsabilité. Tu es responsable de tes actes, tu récupères ton bordel avec tout ce que tu as fait et c’est toi qui en répondra. Moi je vis à nouveau libre. Je trace ma route.»

En quoi consiste la méditation de la salle blanche ?

Elle consiste simplement à créer une scène où vous allez pouvoir vous exprimer librement à qui vous voulez. Votre subconscient va entendre ces paroles, cet acte et va l’enregistrer comme réel.  Vous allez, en quelque sorte, modifier des informations en vous.

Comment faire ?

N’oubliez pas : vous pouvez improviser. Ne vous cantonnez pas à ce que j’explique. Faites selon votre intuition et vos ressentis. Soyez libre de faire comme bon vous semble. 

    • Trouvez-vous un endroit au calme, où vous êtes à l’aise, sans crainte d’être dérangé.
    • Asseyez-vous et détendez-vous
    • Calmez votre mental en fermant les yeux
    • Prenez un grande inspiration sur 6 secondes
    • Bloquez votre respiration pendant 7 secondes
    • Expirez sur 8 secondes
    • Recommencez 3 fois
    • Ressentez votre corps
    • Passez en revue chaque zone en conscience : sentez vos pieds, vos mollets, vos genoux, vos cuisses, vos jambes, votre ventre, votre poitrine, vos mains, vos avant-bras, vos bras, vos épaules, votre cou, votre bouche, votre nez, vos yeux, vos oreilles, votre cuir chevelu.
    • Concentrez-vous sur votre respiration :
      sentez l’air froid qui rentre par votre nez et l’air chaud qui ressort
      (une 10ène de fois)
    • Dès que vous vous sentez détendu, imaginez-vous être dans une salle blanche (sol, mur, plafond)
    • Convoquez la personne à qui vous avez des choses à dire. Ne cherchez pas à contrôler l’aspect de la personne, ni si elle est assise ou debout. Laissez venir les choses, ne contrôlez rien.
    • La parole est à vous … dans votre tête, dites-lui tout ce que vous avez sur le cœur : parlez, hurlez, faites ce que vous voulez !
      Sachez qu’il y a de grandes chances que vous vous mettiez à pleurer réellement, à vous plier physiquement, à trembler… Lâchez tout : colère, rancune, tristesse… ! Vous avez le droit. C’est normal, vous expulsez des charges émotionnelles.
    • Dès que vous avez terminé, renvoyez la personne hors de la salle blanche
    • Puis imaginez-vous un feu
    • Mettez toutes vos souffrances vis-à-vis de cette personne dans une malle
    • Puis jetez la malle au feu
    • Invitez les personnes que vous aimez autour du feu : prenez-les dans vos bras si vous avez besoin de réconfort, dansez avec elles si vous avez de la joie… faites ce que vous avez envie
    • Ressentez tout leur amour et restez avec elles autant que besoin
    • Revenez à vous petit à petit, doucement
    • Soyez fier(e) de ce que vous venez d’accomplir

 

L’exercice peut-être un peu chahutant donc prenez soin de vous, donnez-vous beaucoup de douceur.
Bravo à vous pour votre courage ❤️

 

Pour aller plus loin :

L’excellente Sandrine Muller Bohard a fait une série de vidéo sur le pardon qu’il convient de regarder lorsque l’on est face à des problématiques de pardon.
Ici sa playlist sur Youtube

Et l’une de ses vidéos :