Skip to main content

C'est quoi un Ego ?

On entend beaucoup parler de ce terme d’Ego en développement personnel, mais c’est quoi au juste ?
Pour expliquer cela simplement, rien de mieux que des images.

L’égo, un instrument utile

Je pars du principe que nous sommes tous dotés d’une « conscience supérieure » qui fait de chacun d’entre nous un être humain à part entière. Cette conscience n’est pas issue de notre cerveau. Les scientifiques l’appellent d’ailleurs la « conscience intuitive extraneuronale » et selon les traditions, elle possède d’autres noms : le Moi supérieur, le Soi spirituel, l’Esprit, l’Atman, l’Âme. Je vais utiliser le mot âme, pour qualifier cette conscience très élevée.
(Je précise juste en passant, que je ne suis aucunement adepte de concept dogmatique et religieux. Ici « l’âme » n’a aucune connotation religieuse.)

Cette âme, pour évoluer dans un monde de matière en 3 dimensions, a besoin d’un véhicule. Elle va alors involuer et s’incarner dans un homo-sapiens. Pour interagir avec son environnement, l’âme a besoin d’un instrument pour s’exprimer. L’égo va être cet instrument (= la conscience analytique cérébrale).

Piano et musicien

On peut voir la chose sous un autre angle : un piano (instrument = égo) va permettre au musicien (l’âme) d’exprimer toute la beauté qu’il a en lui.

Or les choses ne sont pas aussi faciles, sinon nous serions des êtres parfaits dans un monde parfait. Ce n’est pas la perfection la quête finale, mais plutôt de construire un instrument de musique qui va permettre au musicien de pouvoir exprimer toute la beauté qu’il porte en lui.

Lorsque nous arrivons sur Terre, notre instrument est encore en construction !
Aussi génial que puisse être le musicien, si le piano n’est pas fini, la mélodie ne va être très belle.

Si nos comportements ne sont pas encore resplendissants de sagesse et de bonté, ce n’est pas parce que l’on est méchant ou incapable, c’est simplement que le piano n’est pas encore terminé ! Nous sommes encore en construction.

Alors à quoi bon se blâmer et se rendre coupable ?
Ca ne sert donc à rien de blâmer le piano parce qu’il ne fonctionne pas correctement et d’exiger qu’il joue comme celui du voisin. Chacun prend la responsabilité de son instrument, continue de le construire et de le perfectionner afin que l’on puisse en tirer les plus beaux sons et ainsi permettre à l’artiste d’exprimer son génie.

 

Ego : ennemi public n°1 ?

L’égo n’est pas notre ennemi qu’il faut abattre, il est notre moyen d’expression. Il constitue notre identité sociale pour se présenter au monde (ici mon égo c’est Valentine, instrument d’une âme, d’une conscience supérieure).
Or, dans plupart des cas, cet instrument a pris ses aises et est devenu un véritable système énergétique à part entière. Il a complètement bâillonné l’âme. Il gère tout, tout seul.

Le boulot, c’est d’aller remettre les choses dans l’ordre et chacun à sa place : c’est l’âme qui dirige le navire et l’égo obéit à sa volonté.
Et non l’âme au placard et l’égo au pouvoir.

 

La suite des péripéties de l’Ego au prochain épisode …

Merci de m’avoir lu 😘

 

source : La liberté d’être, Annie Marquier